Dans le Roannais, les randonnées peuvent aussi se muer en voyage spirituel comme sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Celui-ci traverse le territoire du Nord au Sud par l’itinéraire secondaire Cluny / Le Puy-en-Velay. En effet, le GR 765 N permet de relier Cluny en Saône-et-Loire au Puy-en-Velay en Haute-Loire, le plus réputé des points de départ vers Compostelle. Itinéraire de référence pour les randonneurs comme pour les pèlerins, le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle compte 4 étapes sur le Roannais, de la commune du Cergne jusqu’à Pommiers-en-Forez, sur une distance de 90 kilomètres.

Votre itinéraire dans le Roannais

Les denses forêts du Col des Echarmeaux font place au riche patrimoine du Pays de Charlieu. En second lieu, les charmants villages de caractère Saint-Haon-le-Châtel et Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire se succèdent. Le vignoble, les gorges de la Loire et la richesse du petit patrimoine bâti qui jalonne cet itinéraire en font un parfait concentré de randonnée et de découverte en Roannais.

Passage au Couvent des Cordeliers

Etape 1 : Le Cergne / Briennon

25 kilomètres : Le Cergne – Arcinges – Charlieu – Saint-Nizier-sous-Charlieu – Pouilly-sous-Charlieu – Briennon

> 396 m de dénivelé positif

Le sentier traverse de charmants villages et serpente dans une forêt, au bord de la rivière Chandonnet. Après une montée progressive, la rivière le Sornin se dessine avec, en toile de fond, la belle cité de Charlieu. Après avoir traversé la Loire, la journée se termine à Briennon, à deux pas du canal de Roanne à Digoin.

© Luc Olivier

Abbaye de la Bénisson-Dieu

Etape 2 : Briennon / Saint-Haon-le-Châtel

25 kilomètres : Briennon – La Bénisson-Dieu – Noailly – Saint-Romain-la-Motte – Saint-Haon-le-Châtel

> 392 m de dénivelé positif

Le début du parcours longe le canal avant de s’enfoncer dans le Bois Clair. Après La Bénisson-Dieu et la découverte de son abbaye, les ruisseaux se succèdent apportant un agréable sentiment de fraîcheur : la Teyssonne, le Cacherat, le Fillerin… La dernière partie du chemin traverse les champs qui entourent Saint-Haon-le-Châtel. Une très belle étape pour passer la nuit avec une ambiance médiévale et une vue imprenable sur les monts de la Madeleine.

© Luc Olivier

Traversée des vignes de la Côte Roannaise

Etape 3 : Saint-Haon-le-Châtel / Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire

20,5 kilomètres : Saint-Haon-le-Châtel – Renaison – Saint-André-d’Apchon – Saint-Alban-les-Eaux – Lentigny – Saint-Jean-Saint-Maurice

> 424 m de dénivelé positif

Le premier arrêt se fait à Renaison, au cœur du vignoble de la Côte Roannaise. À Saint-André-d’Apchon, le château invite à la rêverie avant de gagner les bois. Vous arriverez enfin à Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire, avec son caractère tout droit hérité du Moyen-Âge.

© Luc Olivier

Passage dans le village de Pommiers-en-Forez

Etape 4 : Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire / Pommiers-en-Forez

20 kilomètres : Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire – Vézelin-sur-Loire – Pommiers-en-Forez

> 314 m de dénivelé positif

Bully et Vézelin-sur-Loire se succèdent, entrecoupés des majestueuses forêts, comme celle de Bas. On passe non loin des gorges avant d’atteindre la destination du jour : Pommiers-en-Forez. Le village à lui seul vaut le déplacement. Très ancienne cité, les moines investissent le prieuré jusqu’à la Révolution. Une vraie part d’histoire qui vous passionnera.

En conclusion, ce chemin continue au-delà du Roannais pour atteindre Le Puy-en-Velay, Conques, Aumont Aubrac jusqu’à Santiago de Compostela et par conséquent réaliser le pèlerinage dans son intégralité.

© Luc Olivier

Une journaliste raconte son périple sur le chemin, de Charlieu à Pommiers-en-Forez

En 2020, une journaliste du Progrès, Cerise Rochet, se lance un défi, randonner de Charlieu à Pommiers-en-Forez sur les traces de Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle observe des paysages changeants et profite des sites historiques pour faire des pauses. Avec une moyenne de 20 kilomètres par jour, elle progresse en 4 jours seulement jusqu’au Prieuré de Pommiers et se promet de repartir en 2021 pour atteindre Le Puy-en-Velay. Elle raconte son périple à travers 4 articles sur le journal le Progrès :

Églises, vignes et bords de Loire

Les églises, chapelles et autres sites religieux dessinent le parcours. Le randonneur va de découverte en découverte : abbaye de Charlieu, abbaye de La Bénisson-Dieu et son toit en tuiles vernissées.

Les vignes et les forêts jalonnent également cet itinéraire. Aux confins des monts de la Madeleine, du Beaujolais vert et du parc du Livradois-Forez, les hêtraies, sapinières et pâturages ne sont jamais très loin même si au fil des coteaux, ils laissent place aux vignobles. Coteaux du Lyonnais, Beaujolais, Côte Roannaise et Côtes du Forez sont là pour en témoigner.

Le parcours se rapproche de la Loire après la commune de Lentigny et frôle le lac de Villerest. Le sentier de randonnée longe et surplomb ensuite la Loire jusqu’au village de Vézelin-sur-Loire.

Coquille Saint-Jacques à Charlieu
Coquille Saint-Jacques à Charlieu © Luc Olivier

Quel est la véritable histoire du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ?

Le pèlerinage catholique de Saint-Jacques-de-Compostelle a pour l’objectif d’atteindre le tombeau de l’apôtre Saint-Jacques le Majeur, situé dans la crypte de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice (Espagne).

La légende raconte qu’après l’exécution de Saint-Jacques à Jérusalem. Deux de ses disciples placent son corps dans une barque de pierre, sans voile ni gouvernail et prirent la mer. L’embarcation, poussée par le vent, les eaux et une main divine, vint s’échouer sur les côtes galiciennes. Un roi et une reine refusent de leur concéder une terre pour inhumer Jacques et cherchent à les tuer. Les saints hommes triomphent de tous leurs périls, le roi meurt et la reine se convertit. Le corps est enterré en lieu sûr et oublié.

Au IXe siècle, un ermite reçoit la révélation du lieu du tombeau. À la suite de fouilles, la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle sort de terre.

Une légende qui se trouve infirmée par plusieurs autres histoires du corps de Saint-Jacques. En France, nous comptons trois tombeaux, neuf têtes et de nombreux membres !

En 1940, Jean de Tournai, célèbre pour son récit sur ses différents pèlerinages, écoute chaque légende et conclut en affirmant « de toute façon, Saint-Jacques est au Paradis ».

Jean de Tournai

Les dates clés

  • C’est seulement en 1942 que le pape Alexandre VI déclare officiellement Saint-Jacques-de-Compostelle lieu d’un des trois grands pèlerinages avec ceux de Jérusalem et de Rome.
  • En 1987, les chemins de Compostelle ont été déclarés « Premier itinéraire culturel » par le Conseil de l’Europe.
  • Depuis 2013, plus de 200 000 pèlerins foulent les chemins, chaque année, avec une croissance de 10% par an.

Le topoguide

Malgré un balisage parfait le long du circuit, un topoguide peut être utile pour se rassurer et pour avoir des informations historiques et pratiques. Le topoguide  » Sentier vers Saint-Jacques-de-Compostelle » regroupe le détail des circuits de randonnée. Vous le trouverez en vente en ligne et dans les Offices de Tourisme du Territoire (Roanne et Charlieu).
Vous trouverez dans cet ouvrage :

  • La carte détaillée du parcours,
  • Le descriptif technique des étapes,
  • La liste des services à votre disposition le long de l’itinéraire (restaurants, hébergements, commerces…),
  • Des articles sur le patrimoine à découvrir le long du parcours.

Le portage de bagages

La FFRandonnée Auvergne-Rhône-Alpes et la CAPEV (Communauté d’Agglomération du Puy-en-Velay) s’engagent à apporter de nouveaux services de qualité aux randonneurs itinérants, dont celui du portage de bagages.
Ce service est effectif sur le GR® 765 Cluny / Le Puy-en-Velay avec le société la malle postale. Il facilite la logistique des randonneurs et pèlerins


L'avis de Marion

L’avis de Marion

J’ai uniquement foulé les chemins du Roannais qui mènent à Compostelle à l’occasion d’une séance photo. Mais je connais la sensation de marcher sur ce chemin de pèlerinage qui nous ramène à l’essentiel et qui nous rend tous égaux. Du Puy-en-Velay jusqu’à Cahors, en 2005, j’ai marché sur « el camino »… mon rêve, repartir avec mon sac à dos pour réaliser l’intégralité du pèlerinage.

Vous aimerez aussi

Ajouter à une liste de favoris
Ajouter à une liste de favoris
Ajouter à une liste de favoris
Ajouter à une liste de favoris